oeillet

A la découverte du mandala

Vous êtes ici : Home » A la découverte du mandala

Quelle est son origine ?

Le terme « mandala » est souvent traduit par le mot « cercle ».

Il vient du sanscrit, une langue indienne parlée il y a plus de 2000 ans. Mandala, cercle, c’est en réalité beaucoup plus qu’une simple forme.

Qu’est-ce que c’est ?

rose-113735_640

Sa forme ronde, unie, respire l’harmonie, de son centre à sa périphérie, de sa périphérie en son centre. De superbes mandalas habillent la nature : L’arc en ciel , Le flocon de neige, les fleurs, le choux romanesco, les pépins d’une pomme coupée, la toile d’une araignée…Léonard de Vinci a ainsi posé l’homme dans son mandala, dans « l’homme de Vitruve » …

De la cellule originelle, de l’atome, un point, aussi microscopique soit-il, se démultiplie ;  les cellules s’organisent jusqu’à la constitution d’une forme, structure physique de l’organisation de la vie.

Le mandala représente une totalité, « une structure parfaite, organisée autour d’un centre unificateur » selon Longchepa..

 

 

Quelle est la fonction d’un mandala ?

De nombreuses traditions utilisent depuis des millénaires le mandala, dans la vie quotidienne. En réalisant un mandala, j’investis un espace, je le modèle, l’habille, y dépose mon empreinte, l’habite. Le mouvement accompagne l’agencement des éléments, en résonance avec l’environnement.

Les méandres du mandala, ces espaces de vide, sont autant de micro endroits de respiration, parcelles où l’on prend le temps, on savoure l’espace. Le mandala invite à l’unité grâce à sa fonction de recentrage, il introduit une dynamique grâce à l’élancement des éléments vers la périphérie.L’ensemble constitue une cohérence, dans une certaine unité.

Le mandala retrace l’impermanence de la vie, où tout commence par un début qui succède à une fin, où une fin laisse la place à un commencement.

Un mandala fait pour soi ou avec d’autres

Quand je crée un mandala, je respire, je me pose, je me concentre, je crée une œuvre, où le centre et la périphérie du cercle sont les seules limites. J’investis l’espace ainsi posé, au gré  de mes initiatives, de mon humeur, de mon histoire, de mes envies de couleur, de forme.

En créant un mandala avec d’autres personnes,  je crée une oeuvre en tenant compte de ce qui est réalisé par les autres personnes, j’en tiens compte dans mes gestes, mon regard, pour créer, compléter, prolonger…

Pendant la réalisation à plusieurs, c’est tout l’objet de la rencontre qui est mis en valeur, porté par la contribution de chacun. Chacun dispose des éléments en fonction de qui il est, en rapport avec le contexte du moment. Les contributions se font au gré des envies de chacun, dans un support préalablement posé. Lorsque le mandala est terminé, il peut être laissé en l’état, donnant le soin à la nature de le transformer, ou dispersé.

Support de mon activité, le mandala est décliné sous quatre formes essentielles :

– des animations de réalisation mandala, pour tout événement jalonnant la vie

en famille ou entre amis, à l’occasion d’une activité professionnelle, assemblée générale, début de projet, fin de projet,fête de fin d’année…

Qu’il soit joyeux ou douloureux, l’événement vécu avec un temps consacré à la réalisation d’un mandala peut être installé pour longtemps et le laisser évoluer au rythme des saisons, ou juste le temps de l’événement.

– l’aménagement de jardins potagers, aromatiques ou floraux

– des stages individuels de création de mandala

– des formations à destination des entreprises